Skip to Content

Partager

Loop Mission à la poursuite de la réduction du gaspillage alimentaire

23 septembre 2021

Une entreprise trouve des solutions au gaspillage alimentaire

PARTAGER

L’entreprise montréalaise Loop Mission a un objectif en commun avec Sobeys : réduire le gaspillage alimentaire. Cette entreprise novatrice récupère les fruits et légumes imparfaits et les surplus dans les magasins et les commerces pour les transformer en jus pressés à froid. Autrement, ce surstock serait jeté au compost, voire envoyé dans des sites d’enfouissement. Les légumes et les fruits sont parfois rejetés par les magasins parce qu’ils n’ont pas une durée de conservation assez longue pour survivre au cycle de distribution. Bien qu’ils ne soient pas parfaits pour la vente, ils sont parfaits pour Loop, car les fruits et légumes peuvent ainsi être utilisés plutôt que jetés. Ce processus est généralement nommé « économie circulaire ». Le résultat est un jus rempli de nutriments qui est vendu dans nos magasins.

« La plupart des entreprises s’intéressent aux tendances et aux saveurs qui plaisent à leur public cible pour créer un produit, mais nous utilisons un processus inverse », affirme David Côté, cofondateur de Loop Mission avec sa femme Julie Poitras-Saulnier en 2016. « On commence avec un problème. Quand les entreprises nous appellent avec un dilemme de gaspillage alimentaire, on voit s’il y a une possibilité de développer un produit. »

Sobeys fait partie de ces collaborateurs. Rapidement, nous avons discuté avec David et Julie des fruits et légumes invendables dans nos entrepôts et ils ont été transformés en smoothies. « C’est à ce moment-là que l’aventure a véritablement commencé », dit David. « Ensuite, les boulangeries et les compagnies de croustilles et de l’industrie laitière ont commencé à communiquer avec nous – nous avons créé de nouveaux produits à partir de tous les surstocks. »

icon

Je dois simplement écouter le marché et les besoins. Nous ne vendons pas un produit en particulier, nous vendons une raison d’être et une mission. Si nous arrêtions de produire du jus demain matin, notre projet pourrait continuer quand même.

Un projet d’économie circulaire.

En plus des jus et des smoothies, Loop Mission fabrique des sodas probiotiques et une variété de savons faits d’huile de tournesol rejetée. Les sodas et les savons se retrouvent également dans certains magasins IGA participants au Québec. Loop Mission utilise également des surplus de pain pour brasser des bières et des radlers, des retailles de pommes de terre pour distiller du gin et des sous-produits de fromage pour créer une bière de type Milkshake. La liste des aliments réutilisés par Loop Mission ne cesse de s’enrichir.

La première étape du processus de Loop Mission consiste à visiter l’entrepôt de distribution du collaborateur pour avoir quels aliments peuvent être utilisés. « Ensuite, c’est un peu complexe, car nous devons établir des prévisions en fonction des recettes pour savoir quelle quantité de fruits et légumes nous allons utiliser, parce que notre modèle d’affaires est basé sur le surstock », explique David. Ainsi, si nous dépassons la quantité de fruits et légumes à laquelle nous avons accès, notre structure de marges ne fonctionne plus. » C’est pourquoi Mission Loop fabrique autant de produits différents afin de ne pas dépasser la quantité d’ingrédients disponibles.

Loop Mission fait le suivi de ses statistiques; en date du 7 septembre 2021, les chiffres s’élevaient à 6 872 tonnes de fruits et de légumes récupérés, 5 483 tonnes d’émissions de gaz à effet de serre évitées et 446 millions de litres d’eau économisés. Avec toute cette productivité, il est clair que Loop Mission est plus qu’une simple entreprise de boissons, c’est une véritable équipe de récupération alimentaire!

« Je suis devenu responsable d’une mission plus grande que moi, admet David. Je dois simplement écouter le marché et les besoins. Nous ne vendons pas un produit en particulier, nous vendons une raison d’être et une mission. Si nous arrêtions de produire du jus demain matin, notre projet pourrait continuer quand même. »